Pomme de Reinette ou pomme d’Api ?

OYEZ ! OYEZ !

Cette année, nous participons au GOLDEN BLOG AWARDS dans la catégorie Bande-Dessinée. Nous avions besoin de VOUS ! Si vous appréciez les aventures de Van et de Faust, n’hésitez pas à VOTER pour eux et pour nous sur le site du concours, en cliquant sur le lien un peu partout dans cette annonce et en partageant l’adresse du blog à ceux susceptible de l’apprécier. Soutenez-nous quotidiennement, on peut (re)voter tous les jours !

MERCI D’AVANCE et longue vie à la Taverne !

Publicités

10 réflexions au sujet de « Pomme de Reinette ou pomme d’Api ? »

  1. *Posant devant un client une chope de cidre, la donzelle commenta le récit avec un rire moqueur :*

    Les cochons, c’est dans l’bec et dans l’fion qu’on leur fiche une pomme, pas sous l’jarret !

    • *L’on trouve de tout en taverne : des aventuriers aux paysans, des catins de luxe aux vieilles ribaudes défraîchies…
      Groselyne faisait déjà le pied-de-grue depuis quelques dizaines années, écumant les bouges alentours, mais il vient un âge où la concurrence se fait rude et le client rare. Tout les coups sont donc permis pour se mettre en valeur, quitte à couper le crachoir à l’une de ses jeunes bécasses qui se croit sûrement spirituelle, tout en parlant bien fort pour être certaine d’être entendue par les protagonistes.*

      Allons donc ! P’t’être ben qu’vos cochons sont difficiles, mais moi de belles pommes comme ces beaux sires, elles peuvent ben m’enfarcir là où elles veulent, à toute heure et en tout lieu. Et MOI j’m’en va pas choisir à leur place si elles doivent titiller le jarret ou la croupe !

      • Sortant de sa tétanie, Van se leva d’un bon. Lui qui était persuadé de couler des heures heureuses et parfumées auprès des catins de luxe du pub privé, il se retrouvait le cul dans la fange, à nourrir les cochons et les vieilles putes au rabais.

        Après avoir toisé la ribaude en manque de caresse, il enchaîna sur un sourcil levé et un début de moue dédaigneuse.

        « Non mais vous vous êtes vue ?  » Trancha-t-il.

  2. Ah le DistilloNomicon, livre oculte. Malheureuseusement pour Faust le Calva et autres alcools pour poivrots notoires ne se trouvent pas dans ce livre, cherchez plutot le PicoleNomicon, j’en possède un exemplaire et je m’en sert régulièrement !

    Sinon, pourquoi n’avez vous pas tout simplement pris un bon bain dans une rivière ? :3

      • L’adage populaire dit pourtant que l’habit ne fait pas le seigneur…ou le moine, selon les régions. Mais si telle n’est pas votre pensée, pourquoi les écus qui devaient normalement échoir entre autres dans les mains de ces dames de compagnie ne vous ont pas servi à racheter quelques oripeaux faisant illusion ? La glorieuse éducation d’un prince et le franc-parler d’un natif d’Ortograf ne suffiraient-ils pas à l’argent pour séduire de jeunes bergères et de jolies lavandières ?

        • Humpf ! Il semblerait bien qu’à vous, elle vous fasse foutrement défaut, ma glorieuse éducation ! Sachez Monsieur qu’en ma présence, les jolies lavandières n’ont point l’habitude de monnayer leurs services ! Les charmes de l’Âpre-Tahgne sans aucun doute, servi sur un plateau d’argent par le sang bleu qui coule dans mes veines.

          Quant au reste… Hé bien… Hé bieeen… J’y avais pensé ! Bien évidemment ! Mais… Enfin…

          Oh et puis zut, voyez avec Faust si vous souhaitez vous plaindre, j’ai d’autres bouges à arpenter !

          • Que de fiel, Sire, pour un malentendu ! C’est justement le fait que ces dames du commun ont la bonté d’accepter charmes et allure plutôt qu’or que je disais d’échanger ces dernières contre vêtements et parures.
            Baste, cessons-là cette comédie de mésentente, ce que vous faîtes de vos bourses vous regarde, et je ne tiens pas à devoir réaffûter mes haches encore ce soir ! L’heure n’est pas à taper du poing tel sire Gau D’Houyne, dit le sans-mot !

            Ho, tavernier sur l’huis ! Trois belles chopes, et pas de la clairette ! De l’ambre et de la brune !

            Cela nous permettra d’accueillir le prochain récit plus à l’aise. Et sinon, aurons-nous d’autres nouvelles de votre comparse le Père Niffieux ? J’aimerais palabrer avec lui, l’on m’a dit qu’il s’y connaissait en lavandières….

            • Oh ! Niffieux, ce vieux con…hum… compère? La dernière fois qu’on l’a vu, il torturait un pauvre petit lézard de rien du tout… Tentant de lui soutirer l’endroit où sa grande cousine Grogniffiante se terrait, il menaçait le reptile d’un arrachage de queue propre et net !

              Faut dire que s’il retrouve pas nos affaires rapidement, c’est la sienne qu’on coupera… de queue!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s