La théorie de la relativité

Aucun Paka n’a été réellement blessé ou violenté par des bougies pendant la réalisation de cet épisode. On en profite d’ailleurs pour lui souhaiter un excellent anniversaire de blog et attendre patiemment sa vengeance ! Krr krr krr !

Pour celles et ceux qui ont la chance de monter dans la plus belle région du monde ce week-end, nous serons présent au Festival Quai des Bulles de Saint-Malo ! Vous pourrez sûrement nous trouver les trois jours du côté des rencontres Pro-amateurs organisées comme chaque année par nos meilleurs copains: les Bédéastes Imageurs. N’hésitez pas à vous faire connaître, on ne mord pas (trop).

Vous pouvez également nous prévenir de votre venue sur la page Facebook Officielle du blog.

Cette année également, nous participons au GOLDEN BLOG AWARDS dans la catégorie Bande-Dessinée. Nous avions besoin de VOUS ! Si vous appréciez les aventures de Van et de Faust, n’hésitez pas à VOTER pour eux et pour nous sur le site du concours, en cliquant sur le lien un peu partout dans cette annonce et en partageant l’adresse du blog à ceux susceptible de l’apprécier. Soutenez-nous quotidiennement, on peut (re)voter tous les jours !

Nous comptons sur vous !

MERCI D’AVANCE et longue vie à la Taverne !

Publicités

8 réflexions au sujet de « La théorie de la relativité »

  1. #minutejesuisunhistoriendoncjefaischier
    C’est raccord avec l’époque les lunettes ?
    #findelaminutejesuisunhistoriendoncjefaischier

    • Huhuhu… Simon, Simooon… EXCELLENTE REMARQUE ! #minutejesuisauteuretjeteproute# Ce sont des bésicles et non des lunettes. Comme c’est un univers imaginaire, oui, c’est d’époque. Si tu veux encore chipoter pour autant, l’invention de la pierre de lecture serait attribuée à Abbas Ibn Firnas, berbère andalou du IXe siècle. Les besicles apparaissent au 13ème grâce aux moines franciscains. 😀

  2. Il est dit qu’à une époque, les deux héros Van et Faust, arpenteurs des routes et découvreurs de trésors liquides ou non, emplissaient les histoires des conteurs et parsemaient les récits des mestres copieurs des plaines d’Ayn et des Terres nettes, divertissant le peuple de leur rude labeur.
    Mais depuis leur retour de quête peu avant la Samhain, plus aucune nouvelle ne parvenait aux oreilles des petites gens, et nul ne savait ce qu’il était advenu d’eux. Certains, les plus chagrins, disaient qu’ils avaient trop côtoyé le danger et nourrissaient Dame nature, désolant les tenanciers et leurs ardoises perdues. D’autres, plus sérieux, qu’ils étaient pris par des devoirs dus à leur caste, près de leurs proches, et ne peuvent donner cours au reste moins capital. Nul ne pouvait savoir, en vérité…

    Mais, avec l’hiver venant, l’espoir monte…Celui d’entendre à nouveau les contes de ces Marcheurs du nord, en cette parenthèse à l’intérieur du temps que sont les fêtes des frimas.

    • Roooh, ça ne fait qu’un mois tout au plus. Laissez-leur le temps d’arriver ! Quelques indices ont cependant filtré sur leur page officielle du Grimoire de Faciès… Je ne saurais vous conseiller que de vous y rendre, histoire d’assouvir votre soif de ouï-dires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s