Réservoir d’Ogre

Bien entendu, vous pouvez aussi commenter normalement. Vous êtes libres ! Nous le sommes tous ! Vive les poneys, les licornes, les lapins, les Bisounours, Nicolas et Pimprenelle, voire même Casimir qui fait la teuf avec Babar et Chantal Goya !

About these ads

18 réflexions sur “Réservoir d’Ogre

  1. *De la fenêtre, Lady, petit félin fieffée de son état, jette un regard à la scène qui se déroule dans la rue. Et bien rapidement, la voilà qui penche la tête sur le côté, un sourcil de guépard levé alors que ses moustaches frétillent sous l’étonnement*

    Je me demande s’il n’est pas un peu handicapé celui là… Il lève son pelage plutôt que sa patte. Et puis bon, pour marquer son territoire dans la rue, on choisit au moins un coin tranquille. Parce que là, c’est le 3ième de leur espèce qui décide de se l’approprier!

    Ca va s’en mettre plein sur le coin du museau lorsque chacun fera le tour de leur coin…

  2. *La rodeuse souffle un peu de sa bière par le nez en entendant la réplique. Puis, relevant la tête et reluquant du coté du pauvre vidangeur : *
    Moi, je me demande surtout comment il fait pour ne pas s’en mettre plein les chausses, avec les deux mains tenant la jupe…

      • *Elle croise les pieds sur la table, avec une moue dubitative* J’ai 2 théories : soit c’est la pression de la vessie, soit la pression… sanguine.
        *Elle avale une gorgée de biere* Et ceci, mon ami, s’appelle peut être un kilt en d’autres terres, mais chez moi on dit : jupe à carreaux. Très jolie, néanmoins, ça allait bien avec le petit carré blond.

        • La pression… sanguine ? Haha ! C’est bien une remarque de bonne femme ça… Qui ne sait diablement pas de quoi elle cause. Et à l’évidence, il en va de même pour vos connaissances vestimentaires.

  3. *éclate de rire* Ha, je me doute que ça ne va pas sans dommages, mais on m’a dit que vous etiez à l’aise dans les milieux humides! Quand à mes connaissances vestimentaires, elles me poussent au moins à rester vétue, ce qui évite qu’on ne me targue d’être une horreur de champ de bataille, ou que l’on me voit sortir dévêtue d’un tonneau… Allez, blondinette, je vous paye un verre, pour vous montrer que je vous aime bien malgré la jupette.

      • *un sourire narquois éclaire son visage* Saviez-vous que les gens parlent trop lorsqu’ils ont bu? J’ai entendu raconter toutes ces mésaventures, ma foi fort drôles, par un petit gars brun qui en profitais pour se faire payer des coups… Ca ne fait pas froid à la tête, d’être rasé? Je me suis toujours demandé…. *rit à nouveau, à gorge déployée, et commande une nouvelle chope*

        • Par la Malepeste… Je reconnais bien là l’animal que vous me décrivez… FAUST ! Il FAUT qu’on parle ! Van disparu en titubant vers le fond de la taverne, à l’endroit où il avait abandonné l’importun.

  4. *la rodeuse s’installe donc en spectatrice, se léchant les levres à l’avance de la déculottée qui s’annonce pour le brun à la langue pendue*

    • *Petite Lady, lassée de son observation, à décidée de descendre de son perchoir afin d’en gagner un autre. Or, la table de la rôdeuse est parfaitement placé pour qu’elle guette le combat à venir. Car pour ces choses là, les animaux ont bien un instinct poussé. Même eux savent apprécier les plaisirs de voir deux humains s’en mettre pleins le museau. En tout cas pour son espèce.

      Quoiqu’il en soit, le félin prit la pose, assise sur le meuble, une oreille tiquant*

      Vous pariez sur qui?

      • *la rodeuse hausse un sourcil, le nez dans la bière* Ma foi, la jolie blonde a l’air bien remontée, et le petit barbu d’en face ne sait pas ce qui lui tombe dessus. Cependant… *slurp* Je parie sur le tavernier : il cogne fort quand on casse des choses dans son établissement. Et vous-même?

        • *L’intéressée se lécha une patte avant, puis la fit passer soigneusement derrière son oreille droite.*

          J’aurais parié sur un égalité pour tout dire. Mais je n’avais pas imaginé le Tavernier intervenir dans la querelle.

          Par mon pelage, vous devez avoir raison! Il me tarde de voir le résultat.

  5. *D’un rôt bruyant, et aussi très grossier, la rodeuse confirme son interêt pour l’affaire, et rejette sa longue natte en arrière, cherchant du regards les deux fins acolytes.*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s